La France perd ses vergers, Pomarium s’engage

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Pomarium, la marque française de cosmétiques biologiques aux fruits du verger, s’engage concrètement pour lutter contre la perte importante et constante de vergers sur le territoire.

Ses actions ? Un choix raisonné et surtout local de matières premières, la volonté de promouvoir des variétés anciennes de fruits et de favoriser de nouveaux débouchés pour les arboriculteurs.

La société vient également de donner naissance à une association.

Un constat pessimiste

L’alerte a été relayée dans les journaux nationaux et la presse régionale : la France a perdu en dix ans 17% de surface de vergers. La publication du Ministère de l’Agriculture, Agreste Primeur, parue en janvier 2012, fait état de la situation en métropole pour l’année 2010 et le constat est pessimiste.

Toutes les espèces sont touchées par le phénomène, hormis la production de noix : cette différence s’explique selon Agreste par un ancrage régional fort, une amélioration de la qualité et des efforts de promotion. Ce qui tend à prouver que tout n’est pas perdu.

Les poiriers subissent les pertes en surface les plus importantes (-45%), ainsi que les pêchers (-40%), quant aux pommiers, leur surface a réduit de 20% sur la période. En région Centre, c’est même la moitié de la surface de vergers de pommiers qui a disparu pendant la décennie. Seuls les prunes et les abricots résistent quelque peu en ne perdant “que” 6% de surface dédiée.

Au-delà des chiffres concernant la surface, c’est également le nombre d’exploitations fruitières qui diminue siginificativement, diminuant de près d’1/3. Conséquence, la taille moyenne des vergers par exploitation augmente quelque peu. Les grandes exploitations fruitières sont d’ailleurs moins atteintes.

80% des vergers français appartiennent à des arboriculteurs spécialisés en culture fruitière, qui résistent mieux à la baisse globale du nombre d’exploitations. Cependant, grandes ou petites, toutes les exploitations françaises subissent peu ou prou la tendance générale.

Eclaircie notable dans ce bilan, les vergers de pommiers ont tendance à progresser hors de régions plus traditionnellement implantées comme la Picardie (+25%), la Lorraine ou l’Alsace.

La situation constatée de nos jours découle d’un long processus, amorcé au siècle dernier. Après une période de plantation massive, notamment de pommiers à cidre à l’entre deux guerres, l’arboriculture a subit de plein fouet l’essor de l’urbanisme et la politique de rentabilité agricole. De façon concomitante, l’Etat met en place des primes à l’arrachage dans les années 50 qui voient la disparition sans distinction de variétés anciennes et récentes. C’est notamment par refus de cette situation fataliste que naîtront les engagements associatifs tels que les Croqueurs de Pommes ou encore les premiers vergers conservatoires. Dans les années 90, les réformes de la PAC (Politique Agricole Commune) verront également la mise en place d’arrachages subventionnés des arbres fruitiers.

N.B : La publication Agreste ne concerne que les vergers dont la surface est supérieure à 1ha pour les abricots, agrumes, kiwis, noix, pêches, pommes et prunes et 0,5ha pour les cerises et les poires. Les surfaces en pommiers regroupent toutes les surfaces produisant des pommes de tables à l’exclusion des pommiers à cidre ou à jus.

De nouveaux débouchés existent

Même si la mouvance actuelle tend à montrer un regain d’intérêt pour les variétés plus rustiques, force est de constater que la production française a été dominée ces dernières années par des variétés comme la Golden par exemple. La conjoncture économique a malheureusement conduit bon nombre d’arboriculteurs à faire des choix “contre-nature” et “contre-passion” qui justifient aujourd’hui les chiffres d’Agreste.

Pourtant, les variétés anciennes ont une très forte valeur ajoutée en ce sens qu’elles ont gardé toutes leurs propriétés intrinsèques. En quelque sorte livrées à elles-mêmes dans la nature et exemptes de traitements, certaines variétés de pommes ont par exemple développé le plus fort taux de polyphénols, source de bienfaits dans la lutte contre l’action antiradicalaire et antiâge en cosmétique.

Ces différents constats tant conjoncturels que scientifiques sont notamment à l’origine de la création de la marque Pomarium…Du Verger à la Beauté, l’activité cosmétique permettant d’offrir de nouveaux débouchés à la culture fruitière.

Soucieuse de valoriser des variétés anciennes de pommes certifiées Agriculture Biologique, la société de cosmétiques s’est trouvée confrontée à la difficulté de trouver des producteurs français répondant à ces critères.

L’utilisation des actifs de fruits dans ses formulations permet à Pomarium de valoriser certains co-produits du fruit. Par exemple, le marc de pommes, résidu de la presse des fruits et traditionnellement destiné, faute de mieux, à l’alimentation porcine trouve une nouvelle issue : l’extraction des polyphénols de pomme. Ces même polyphénols sont la clé de voute de la gamme anti-âge Pomarium, reconnue et maintes fois primée.

Pomarium s’engage concrètement

En s’adressant à des producteurs locaux, souvent de petites exploitations, Pomarium cherche à redynamiser le marché des fruits du verger. Les arboriculteurs voient ici une nouvelle façon de valoriser leur production.

Consciente de la richesse du patrimoine végétal français, Pomarium s’est également donné pour objectif de mieux faire connaître ces trésors de vie et offre au public un site relais d’informations. decouvronsnosvergers.fr permet au lecteur de (re)découvrir la pomologie, les vergers conservatoires français, les variétés de fruits anciennes ou nouvelles ou encore les fêtes de la pomme …

Enfin, parce que l’action concrète reste sans doute le meilleur des remèdes, Pomarium a fondé une association, Des Siècles & des Fruits, qui se donne pour mission de mettre les moyens techniques et financiers pour assurer la pérennité des vergers français, préserver les structures existantes ou en créer de nouvelles, notamment en favorisant le concept de verger urbain.

Vous êtes vous aussi sensibilisé à la question de la préservation du patrimoine végétal français, vous avez un projet existant ou en cours d’élaboration qui concerne un verger ou la plantation d’arbres fruitiers, contactez l’Association Des Siècles & Des Fruits à contact@dessieclesetdesfruits.fr

Pomarium… Du Verger à la Beauté
11 rue Saint Romain
75006 Paris

www.pomarium.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>